ARBITRAGE

PREAMBULE

L’arbitrage au judo

 

« Le judo pour bien s’apprécier doit se comprendre »

 

 

Le judo est un art martial où la saisie de l’adversaire est obligatoire, c’est un duel codifié.

Le seul but est le Ippon, toutes les autres valeurs ne peuvent être comptabilisées que s’il y a la volonté de marquer Ippon.

 

Le meilleur combattant devrait être le gagnant, c’est la tâche de l’arbitre, il doit rendre un jugement, outre le fait de connaître le règlement, il doit savoir lire le combat.

 

L’arbitre doit prendre en compte l’aspect du duel entre les deux combattants, récompensé par la juste valeur ou la juste sanction des judokas qui s’opposent.

 

Un arbitre doit avoir certaines qualités, notamment d’être au service des combattants.

Il doit savoir identifier, définir et évaluer le critère du Ippon et du Waza-ari en Nage-waza.

Pour l’arbitre central, le placement est essentiel afin d’anticiper les erreurs de jugements, d’où la mobilité.

 

Son attitude est importante, la confiance de l’arbitre se fait par l’autorité qu’il dégage mais à la fois il ne doit pas abuser de cette autorité, ne dit-on pas « une main de fer dans un gant de velours ».

 

Ses gestes doivent être justes et précis afin de se faire comprendre par les judokas, le professeur ou l’entraineur et par le public.

 

La gestion du combat se fait par la connaissance du judo afin de différencier le judo « négatif », la « passivité », et savoir annoncer « Matté » au bon moment.

Savoir qui fait quoi, notamment dans le cas d’un Kaeshi-waza, la contre-attaque ainsi qu’une  bonne connaissance du Ne-waza.

 

La concentration est aussi un critère important car c’est la régularité de l’arbitre sur la journée ou le week-end qui permet de savoir s’il représente le corps arbitral dignement.

 

         Etre juste et impartial seront les maître-mots

 

 

Les infos de l’arbitrage

Le règlement

 

Print Friendly, PDF & Email